Phoques échoués : une chaîne de compétences

Publié le par Al lark

Deux jeunes phoques veaux-marins échoués sur nos plages sont aujourd’hui soignés et en croissance contrôlée au centre de soins d’Océanopolis à Brest. 

Retour sur leur parcours et la coordination de professionnels compétents qui a permis leur sauvetage, ce samedi 20 août.

8:00 : des agents de la police municipale de Cancale préviennent Gaël Gautier, le directeur de l’association AL LARK, qu’un jeune phoque nage devant le marché aux huîtres, près du port de Cancale. Il nage, donc Gaël explique qu’aucune intervention n’est nécessaire, qu’au contraire, il faut lui éviter tout dérangement : l’approche des mammifères marins en mer est d'ailleurs interdite à moins de 100 mètres, sauf si ce sont eux qui viennent volontairement près de l’embarcation. En cette période de fin de sevrage (qui intervient au bout d’à peine un mois chez les phoques), on voit fréquemment de jeunes animaux seuls. Il n’y a pas de raison de s’inquiéter a priori, s’il n’y a pas échouage.

Phoques échoués : une chaîne de compétences

10:00 : AL LARK reçoit des appels et des photos de promeneurs et du poste de secours de la plage du Pont à Saint-Malo. Un autre jeune phoque, apparemment blessé, est échoué sur la plage.

En cas d’échouage, la conduite à tenir est de mettre en place un cordon de sécurité, d’écarter les spectateurs, même s’ils croient bien faire, de ne surtout pas toucher l’animal et de prévenir aussitôt les autorités : mairie, police ou gendarmerie, Pélagis ou directement les correspondants locaux du Réseau National Échouages : l’association AL LARK pour la côte de l’Ille-et-Vilaine et de l’est des Côtes-d’Armor.
Ces correspondants sont des bénévoles formés, généralement professionnels de l’environnement, détenteurs de la carte verte officielle qui les autorise à prendre toutes les dispositions en cas d’échouage de mammifères marins (animaux protégés, rappelons-le). Le Réseau National Échouages est coordonné par Pélagis, l’observatoire des mammifères et oiseaux marins, centre d’études du CNRS et de l’Université de La Rochelle. Les autorités lui font appel pour tous les échouages.

Il ne faut surtout pas toucher un animal sauvage si l’on n’est pas formé. Vouloir aider la faune sauvage est bien entendu très louable, mais on peut faire plus de mal que de bien…  Les associations de protection du milieu marin sont là pour vous donner les bons conseils.

L'équipage d'AL LARK s’est donc rendu immédiatement sur la plage du Pont et est entré en contact par visiophonie avec les spécialistes de Pélagis, pour étudier ensemble la conduite à tenir. Le jeune phoque présentait une blessure aux pattes arrières. Il est décidé de l’emmener dans une clinique vétérinaire, en l’occurence la clinique Rance Frémur à Plouër-sur-Rance, qui collabore avec compétence et bienveillance avec l’association.

Phoques échoués : une chaîne de compétences
Phoques échoués : une chaîne de compétences

13:00 : nouvelle alerte de kayakistes. Le phoque aperçu à Cancale le matin est échoué sur la plage de l’Abri des flots et ne bouge presque pas. Intervention à partir d’un bateau d’AL LARK en sortie avec des adhérents. Nouvelle coordination avec Pélagis. Cet autre jeune semble ne pas être totalement sevré. Il va partir avec son compagnon pour la clinique Rance Frémur.

Après-midi : les deux phoques sont pesés, hydratés, rafraîchis (ils étaient en hyperthermie en raison de leurs séjours sur les plages) et soignés, notamment celui blessé aux pattes arrières, possiblement par une hélice de bateau. Ce dernier pesait 11 kg et était sevré. Celui de Cancale, lui, pesait 6 kg et ne l’était effectivement pas encore. 

Phoques échoués : une chaîne de compétences
Phoques échoués : une chaîne de compétences

Le lendemain : les deux petits veaux-marins sont pris en charge et conduits au centre de soins d’Océanopolis à Brest. Quelques jours après, ils ont déjà gagné chacun plusieurs kilos et l’équipe est confiante en leur rétablissement, nous dit Sami, directeur de l’ACMOM (Association pour le Conservation des Mammifères et Oiseaux Marins de Bretagne, qui réunit Bretagne Vivante, la Ligue pour le Protection des Oiseaux, le Groupe Mammologique Breton et Océanopolis). Quand ils auront atteint les 35 kg environ, ils seront ramenés dans leur milieu, la colonie de phoques veaux-marins de la baie du Mont-Saint-Michel, qui compte plusieurs centaines d’individus.

C’est toute une chaîne de professionnels compétents qui a permis d’assurer un sauvetage et ensuite une réhabilitation efficaces, à partir des informations importantes fournies par des promeneurs, des kayakistes, la police municipale à Cancale et le poste de secours à Saint-Malo. Ces informations et le maintien à distance des animaux sur les plages a permis l’intervention rapide de l’équipage d’AL LARK, ici Gaël, Morgane et Arthur, puis de Pénélope et de son équipe à la clinique Rance Frémur et enfin de l’ACMOM à Océanopolis.

En cas de découverte de mammifère marin échoué entre le Mont-Saint-Michel et le cap Fréhel, prévenez Pélagis : 05 46 44 99 10 ou AL LARK, correspondant du RNE : 02 57 64 04 40

Commenter cet article