Phoques de cet été : retour à la vie sauvage

Publié le par AL LARK

Souvenez-vous : l’association AL LARK secourait le 20 août dernier deux jeunes phoques veaux-marins mal en point. Une femelle échouée sur le rivage à Cancale, désignée par le numéro 712, et un mâle, 711, à Saint-Malo.

Nous vous avons raconté le déroulé de cette journée et la chaîne de professionnels qui a permis aux bénévoles de l’association pour la Conservation des Mammifères et Oiseaux Marins de Bretagne (ACMOM) de les conduire au centre de soins d'Océanopolis à Brest.

Affaiblis et amaigris, ils ont d’abord été soignés : la femelle avait notamment une fracture à l’un des doigts de sa patte arrière droite. Quant au mâle, né depuis peu, son cordon ombilical n’était même pas encore entièrement détaché. Les deux jeunes pesaient respectivement 6 et 11 kg à leur arrivée au centre de soins. Après quatre mois de soins quotidiens, les deux pensionnaires ont atteint 29 et 32 kg ! Un poids nécessaire pour les relâcher, sevrés et prêts à affronter leur milieu marin d’origine.

711 et 712 sont même un peu plus gros que leurs congénères du même âge. En effet, ils auront probablement des difficultés à se nourrir correctement les premiers jours, le temps de prendre leurs marques dans la baie. Une réserve de graisse est donc bien utile pendant cette période de réadaptation.

 

 

Le 12 décembre, les deux veaux-marins ont été relâchés dans un paysage de rêve, devant le Mont-Saint-Michel, par les équipes de l’ACMOM, de l'Établissement public national du Mont-Saint-Michel et de l'Office français de la biodiversité. Des membres de l'association AL LARK et de la clinique vétérinaire Rance-Frémur étaient aussi présents, très heureux de les revoir en pleine forme et bien grandis après avoir participé à leur sauvetage en août.

La décoloration temporaire réalisée sur leur pelage avec les numéros 711 et 712 permettra de les repérer lors des suivis aériens de la colonie d’environ 120 phoques veaux-marins et de confirmer leur réhabilitation.

Que faire si vous rencontrez un phoque ? 

Une cause fréquente des échouages de jeunes phoques est le dérangement humain. Dans la baie du Mont-Saint-Michel, il est nécessaire de rester à plus de 300 m des phoques et de garder son chien en laisse. Partout sur le littoral, ne vous approchez pas d’eux en mer ni sur le rivage : il est tout à fait normal qu’ils se reposent à terre. En cas de doute sur un animal (blessure, épuisement, attitude peu dynamique), ne le touchez pas, prévenez le Réseau national échouage dont l’association AL LARK est le représentant sur le littoral Ille-et-Vilaine et l’Est des Côtes d’Armor : 06 78 71 41 09.

Commenter cet article